Epilogue sur le mouvement anti-mondialisation

Categories:

Traduction d’un texte du collectif CrimeThinc qui analyse 22 ans après le blocage de l’OMC à Seattle ce que le mouvement qui a débuté à ce moment là peut nous apprendre aujourd’hui.

Il y a 22 ans aujourd’hui, des anarchistes et d’autres manifestants ont réussi à bloquer et à fermer le sommet de l’Organisation mondiale du commerce à Seattle. C’était le début spectaculaire de ce que les journalistes ont appelé le « mouvement antimondialisation » - en fait, un mouvement mondial contre le capitalisme néolibéral. Au cours des dernières années, nous avons célébré les vingt ans de plusieurs des moments forts de ce mouvement. Aujourd’hui, nous réfléchissons à ses origines et à ce qu’il peut enseigner aux mouvements contemporains.

Dans l’annexe intitulée « Compte à rebours pour la bataille de Seattle - Une chronologie incomplète », nous explorons la portée mondiale du mouvement qui a conduit à la victoire de Seattle.


Lorsque nous pensons au soi-disant mouvement antimondialisation, nous pensons à des manifestations massives au sommet. Outre la mobilisation historique contre l’OMC à Seattle, nous nous souvenons de la marche du black bloc contre la réunion ministérielle de la Zone de libre-échange des Amériques à Québec en avril 2001, ou des émeutes au sommet du G8 à Gênes en juillet suivant.

Une photographe emblématique des manifestations contre le sommet de l’Organisation mondiale du commerce à Seattle, en 1999.

Mais ces sommets n’étaient que des panaches de fumée s’élevant d’un feu. Pour utiliser une métaphore plus précise, il s’agissait de champignons émergeant d’un réseau mycélien. Le réseau lui-même était composé d’une variété d’espaces et de mouvements participatifs anticoloniaux et contre-culturels répartis dans le monde entier : Des révoltes indigènes comme celle de l’EZLN au Mexique, des mouvements d’occupation comme le Movimento Sem Terra au Brésil et le réseau des centres sociaux squattés en Europe, des mouvements de travailleurs agricoles du sous-continent indien à la Corée du Sud, des mouvements écologiques comme Earth First !, des syndicats de base comme l’Industrial Workers of the World, des milieux de musique underground bricolés comme les scènes rave et punk.

Dans tous ces contextes, les gens ont pu développer un discours commun sur leur vie, leurs aspirations et leurs problèmes, et surtout, ils ont pu expérimenter des moyens d’utiliser leur agence collectivement en dehors des impératifs du capitalisme et de la politique d’État. (Par contraste, les réseaux radicaux actuels basés sur l’Internet fournissent souvent un espace virtuel pour le discours sans offrir un espace physique ou temporel partagé pour une expérimentation collective qui rompt avec la logique des institutions qui restent dominantes dans cette société). Dans les contextes susmentionnés, les individus ont pu développer leurs idées et établir des relations durables avant d’entrer en confrontation directe avec les forces assemblées de la répression étatique.

« L’enracinement dans des espaces sociaux et culturels de longue date a été essentiel au succès de ces mobilisations, car il a permis aux gens de vivre une évolution politique commune, de tisser des liens et d’innover de nouvelles tactiques et de nouveaux discours. Les punks qui avaient joué dans des groupes ensemble ont intuitivement compris comment former des groupes affinitaires ; les militants écologistes qui avaient coordonné des campagnes dans les bois savaient comment faciliter des réunions impliquant des personnes de plusieurs continents. »

-Genoa 2001: Memories from the Front Lines

Tout cela a eu lieu des années avant les manifestations massives du sommet qui ont attiré l’attention des photojournalistes. Pour continuer à employer la métaphore du mycélium, la première étape a été pour les spores individuelles de trouver un sol fertile dans lequel germer. La décentralisation a précédé la convergence. L’étape suivante a consisté pour les scènes et les mouvements individuels à entrer en contact, de la même manière que les spores des champignons, lorsqu’elles germent, envoient des fils fongiques cherchant à se connecter les uns aux autres.

Bien avant que nous ne convergions lors des manifestations au sommet, les gens qui couvraient ces différents contextes les ont mis en contact les uns avec les autres, démontrant les vertus de ce que les zapatistes appelaient « Un monde dans lequel plusieurs mondes s’insèrent ». Les vieux anarchistes qui avaient survécu aux récessions et aux dictatures du milieu du 20e siècle sont entrés en contact avec les punks ; les punks se sont rendus au Chiapas et ont rencontré des organisateurs indigènes ; les organisateurs indigènes ont appelé à des journées mondiales d’action ; et le reste appartient à l’histoire.

S’appuyant sur l’approche qui leur a donné vie, certaines des premières expressions publiques de ce qui est devenu le mouvement contre la mondialisation capitaliste ont été couronnées de succès parce qu’elles ne s’opposaient pas seulement à la politique de l’État et des entreprises, mais aussi à l’espace, et donc aux relations sociales quotidiennes. Par exemple, le mouvement anti-route au Royaume-Uni a créé des occupations à long terme, des zones autonomes temporaires dans lesquelles les gens pouvaient construire de nouvelles relations et un sens partagé de l’objectif. (Ce qui se rapproche le plus de ces occupations au cours de la dernière décennie est probablement le mouvement autour de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.) Le mouvement anti-route a contribué à donner naissance à Reclaim the Streets (RTS), qui a cherché à créer des zones autonomes de courte durée dans les environnements urbains, en obstruant et en interrompant immédiatement le mode de vie qui dépendait de la culture automobile. Reclaim the Streets, à son tour, a joué un rôle majeur dans l’organisation du « Carnaval contre le capitalisme » à Londres le 18 juin 1999 - la première journée d’action mondiale vraiment réussie, qui a ouvert la voie à la mobilisation contre l’OMC à Seattle.

Aux États-Unis, nous pourrions tracer une trajectoire similaire, en commençant par les occupations de forêts et le Minnehaha Free State.

Reclaim the Streets!

Il est important de souligner que pratiquement toutes ces expériences étaient fondamentalement joyeuses, positives et créatives. Reclaim the Streets organisait des fêtes de rue - oui, ils détruisaient les rues avec des marteaux-piqueurs, mais la police ne pouvait ni les voir ni les entendre car les marteaux-piqueurs étaient dissimulés sous les jupes des échassiers et noyés dans la musique techno. Chaque manifestation met en scène des marionnettes géantes et se termine par un concert punk ou une rave party. Les actions d’art performance prolifèrent, de même que les farces comme celles organisées par les Yes Men, qui créent de faux sites web pour les organisations commerciales mondiales et envoient ensuite des porte-parole se faisant passer pour leurs représentants, infligeant des burlesques farces à quiconque prend les faux sites web pour les pages officielles de ces institutions.

Cette approche joyeuse et créative de la résistance est quelque chose que nous avons perdu, même si les confrontations se sont intensifiées dans le monde entier au cours des 20 dernières années. Une atmosphère ludique et inventive s’épanouissait naturellement dans un mouvement issu des espaces contre-culturels. Revisitez avec nous ce récit d’un moment fort de Reclaim the Streets, l’occupation de l’autoroute M41 le 13 juillet 1996 :

« En juillet de cette année-là, la RTS a organisé ce qui était probablement son action la plus ambitieuse et la plus subversive : l’occupation d’un tronçon d’autoroute. La courte liaison de la M41 à Shepherds Bush - l’autoroute la plus courte d’Angleterre - a été transformée en zone de fête pendant un après-midi et une soirée. La vue de milliers de personnes courant sur une autoroute vide fermée par de grands trépieds est une image qui reste dans les mémoires… Des “pantomime dames” de 30 pieds ont glissé dans la fête en lançant des confettis. Des stands de nourriture distribuaient gratuitement du ragoût et des sandwiches, des graffeurs ajoutaient de la couleur au macadam, des poètes fulminaient depuis les rambardes, des groupes acoustiques jouaient et des joueurs ambulants se produisaient. Au plus fort des festivités, sous les grandes pantomimes vêtues d’immenses jupes de Marie-Antoinette, des gens étaient à l’œuvre avec des marteaux-piqueurs, tapant au rythme de la techno pour masquer le son des officiers qui se tenaient à quelques centimètres, creusant la surface de la route jusqu’à ce que de grands cratères jonchent la voie rapide… pour planter des semis dans les jardins détruits par les bulldozers de Claremont Road. »

Reclaim the Streets prend l’autoroute M41 avec des échassiers et des marteaux-piqueurs le 13 juillet 1996.

Aux États-Unis, en tout cas, l’une des autres choses qui ont permis aux manifestants de fermer le sommet de l’Organisation mondiale du commerce est le fait que rien de tel ne s’était produit depuis une génération. Les autorités ont été prises par surprise et ont fait en sorte que cela ne se reproduise plus. À Seattle, le 30 novembre 1999, les manifestants ont dû faire face à quelque 400 policiers ; en 2017, les manifestants ont dû affronter plus de 28 000 agents de sécurité lors de l’investiture de Donald Trump à Washington, DC, ou 31 000 lors des manifestations du G20 à Hambourg. Au cours des deux dernières décennies, l’État a déversé énormément de ressources pour réprimer les manifestations nationales.

Il s’avère que l’on peut jouer à deux sur la stratégie de la convergence. La leçon à en tirer est que nous devons sans cesse déplacer les lignes de bataille et ouvrir de nouveaux fronts, et non nous enliser en essayant de nous répéter dans des situations où les autorités peuvent nous isoler et concentrer toutes leurs forces contre nous. Ce n’est pas tant un argument contre le fait de continuer à employer les mêmes tactiques qu’un argument en faveur de la recherche constante de nouveaux espaces pour les déployer.

La police était extrêmement inférieure en nombre lors des manifestations de l’OMC à Seattle. Sinon, les tactiques passives employées par les manifestants majoritairement « non violents » n’auraient pas suffi à les submerger. Au fur et à mesure que la police s’est intensifiée et militarisée au cours des années suivantes, les militants ont dû recourir à des tactiques plus conflictuelles, ainsi qu’à une spontanéité et une décentralisation croissantes, afin de déjouer la police.

L’autre élément qui a rendu le mouvement contre la mondialisation capitaliste si puissant à son apogée était qu’en plus d’être hétérogène, il était fondamentalement décentralisé. De nombreux groupes hiérarchiquement organisés y participaient - syndicats, partis politiques, organisations militantes avec un leadership bien établi - mais il n’existait aucun mécanisme leur permettant d’obtenir un contrôle central, de sorte qu’aucun d’entre eux n’a jamais été en mesure de dicter ce qui se passait dans la rue. L’énorme potentiel du « mouvement des mouvements » a émergé de manière organique par le libre jeu des programmes et des tactiques. C’était un chaos plus puissant que n’importe quel ordre.


Si ce mouvement était si puissant, que lui est-il arrivé ? Il n’a pas seulement été vaincu par l’escalade policière.

Dans un article que nous avons commandé pour Rolling Thunder, notre Journal of Dangerous Living, David Graeber soutient que le mouvement contre la mondialisation capitaliste a atteint un plateau parce que nous avons atteint nos objectifs intermédiaires de discréditer les institutions financières internationales comme l’Organisation mondiale du commerce plus rapidement que prévu. On peut soutenir que cela s’est produit d’autant plus rapidement que, comme nous sortions d’une période au cours de laquelle la marée de la lutte politique avait considérablement diminué depuis les années 1960, les objectifs de nombreux participants n’étaient pas particulièrement radicaux au départ.

Une décennie et demie plus tard, aux États-Unis, nous avons vu Donald Trump s’approprier des slogans tels que « Fair Trade, not Free Trade » directement issus de l’aile libérale du mouvement altermondialiste. Ces slogans ont pu lui servir parce qu’ils ne rejetaient pas le capitalisme lui-même - ils laissaient ouverte la possibilité qu’une « meilleure » direction politique puisse le faire fonctionner correctement. Les âmes timides qui ont fait valoir que la rhétorique et les aspirations radicales aliéneraient des partisans potentiels et affaibliraient le mouvement ont ouvert la voie à la cooptation de notre héritage par nos ennemis d’extrême droite.

En effet, le mouvement lui-même aurait simplement été appelé le mouvement anticapitaliste sans les réformistes et les journalistes qui ont délibérément supprimé ce langage. Il a fallu attendre le mouvement Occupy de 2011 pour que les anarchistes parviennent à forcer les présentateurs de journaux télévisés et les libéraux à prononcer le mot « capitalisme » à haute voix sans sourire, les obligeant à reconnaître les causes systémiques de la souffrance induite par le marché.

Une grande partie de l’iconographie du mouvement qui a fermé l’Organisation mondiale du commerce a présenté les institutions commerciales mondiales comme antidémocratiques, permettant aux réformistes - et plus tard aux réactionnaires nationalistes - de proposer des solutions qui ne s’attaquent pas à la racine du problème.

Pour ceux d’entre nous qui n’ont jamais cru que le capitalisme pouvait être réformé - qui ont abordé les sommets sur le commerce mondial comme des occasions de démontrer le type de tactiques et de valeurs qui, nous l’espérions, pourraient se répandre parmi les personnes en colère et désespérées partout dans le monde - l’une des limites que nous avons atteintes était qu’à partir d’un certain point, les confrontations s’intensifiaient plus vite que nous ne pouvions attirer davantage de personnes dans la lutte. Au fur et à mesure que les affrontements s’intensifiaient, il était difficile de résister à l’envie de concentrer toute notre attention sur les adversaires qui se trouvaient immédiatement devant nous - ou, pire encore, de nous concentrer sur nous-mêmes, sur d’autres participants au mouvement - plutôt que de continuer à diriger notre attention vers l’extérieur, vers ceux qui n’étaient pas encore impliqués mais qui auraient pu nous rejoindre, renversant ainsi la situation, si nous avions fait davantage pour nous rapprocher d’eux. L’une des principales fonctions de la police est de nous entraîner dans des querelles privées avec les autorités, nous enfermant dans le genre de bataille étroite qu’ils peuvent gagner, afin de nous distraire du reste du terrain social, y compris de tous ceux qui pourraient encore nous rejoindre mais qui restent sur la touche pour le moment.

Nous devrions toujours aspirer à nous adresser aux préoccupations de tous ceux qui sont soumis aux mêmes forces générales que nous dans la société - et pas simplement à un milieu ou un mouvement politique existant. Plutôt que d’intensifier nos tactiques par nous-mêmes, en imaginant que nous pouvons gagner ces batailles par nous-mêmes, nous devrions viser à aider les autres à répondre à leurs besoins en dehors et à l’encontre de la logique de l’État et du capitalisme, en s’efforçant de démontrer les tactiques et les stratégies par lesquelles ils peuvent le faire. Lorsque nous y parviendrons, les luttes sociales s’intensifieront d’elles-mêmes. Ce sont nos succès dans ce domaine qui ont créé le terreau à partir duquel le mouvement contre la mondialisation capitaliste s’est développé.

Lorsque vous cherchez à gagner une bataille, il est utile de s’éloigner le plus possible du champ de bataille avant de commencer à élaborer votre stratégie. Le jeu de go est bien plus instructif que le jeu d’échecs.


En fin de compte, ce n’est ni l’escalade du maintien de l’ordre, ni notre réduction des effectifs qui ont sonné le glas du mouvement. Le mouvement altermondialiste s’est plutôt retrouvé dans une impasse après les attentats du 11 septembre 2001, lorsque les gouvernements auxquels nous nous opposions ont pu substituer un récit sur le terrorisme, la guerre et la violence ethnique à nos propositions de changement social. Ce changement de discours a été fatal non seulement parce qu’il a distrait ou intimidé ceux qui auraient pu rejoindre le mouvement, mais aussi parce qu’il a permis aux groupes autoritaires qui avaient été mis sur la touche par le mouvement de reprendre l’initiative et d’occuper l’espace de la protestation.

Le mouvement anti-guerre, qui a suivi immédiatement le mouvement dit anti-mondialisation de la même manière que la réaction suit la révolution, fournit un contrepoint utile concernant ses forces. Dès le début de l’organisation, les organisateurs de partis marxistes traditionnels se sont assurés de tenir les rênes - et le brouillard du discours “anti-guerre” s’est avéré plus propice à leurs ambitions que l’opposition la plus confuse aux institutions financières mondiales. Immédiatement après les attaques du 11 septembre, les membres du Workers World Party ont organisé la coalition ANSWER comme groupe de façade pour leurs ambitions ; six mois plus tard, en mars 2002, les membres du Revolutionary Communist Party ont créé la coalition Not in Our Name. Ces deux dinosaures ont dominé l’organisation des manifestations pendant les années qui ont suivi.

En conséquence, un nombre beaucoup plus important de personnes ont afflué dans les rues - le 15 février 2003 a connu l’une des plus grandes affluences de tous les temps - sans que les mobilisations énergiques qui ont eu lieu contre la mondialisation capitaliste n’aient eu le moindre impact.

« Dans l’ensemble, les manifestations qui ont eu lieu dans le monde entier le 15 février 2003 ont été les plus suivies de l’histoire de l’humanité, et pourtant elles n’ont absolument rien fait pour gêner l’administration Bush. On pourrait dire que c’est un triomphe de la cooptation que tant d’indignation et de motivation aient été détournées en rituels inefficaces, si peu de temps après que les anticapitalistes aient démontré le pouvoir de l’action directe. »

-“What to Expect from the Conventions

Néanmoins, à ce jour, les icônes des années 1960 continuent de faire la leçon aux jeunes sur l’importance d’un leadership centralisé. Nous avons entendu cette critique tout au long du mouvement Occupy, puis lors des soulèvements de Ferguson et de Baltimore, puis lors de la résistance à Trump, et enfin lors du soulèvement de 2020. En réalité, la décentralisation et l’action directe organisée de manière autonome ont été essentielles à tous les mouvements puissants de notre époque, tandis que le leadership centralisé a été fatal à toutes les luttes qui tombent sous son emprise. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer le mouvement pour la “justice climatique”, qui s’est enlisé depuis l’afflux de financements d’entreprises à but non lucratif et de stratèges libéraux à la suite du film Une vérité qui dérange d’Al Gore, avec le mouvement contre la police et la suprématie blanche.

« Comparez la People’s Climate March de 2014, qui a réuni 400 000 personnes derrière un message simple tout en faisant si peu pour protester qu’il était inutile que les autorités procèdent à une seule arrestation, avec le soulèvement de Baltimore d’avril 2015. Beaucoup ont fait l’éloge de la marche pour le climat tout en tournant en dérision les émeutes de Baltimore, les qualifiant d’irrationnelles, d’inadmissibles et d’inefficaces ; pourtant, la marche pour le climat n’a eu que peu d’impact concret, tandis que les émeutes de Baltimore ont contraint le procureur général à engager des poursuites presque sans précédent contre des policiers. Vous pouvez parier que si 400 000 personnes réagissaient au changement climatique comme quelques milliers ont réagi au meurtre de Freddie Gray, les politiciens changeraient leurs priorités. »

-“Why We Don’t Make Demands

Le black bloc à Seattle lors des manifestations de l’OMC en 1999. Cette tactique, parmi les plus controversées de l’époque - notamment parce que les participants évitaient explicitement de formuler des revendications - s’est répandue dans les mouvements contemporains, de Hong Kong au Chili, et s’est avérée essentielle lors du soulèvement de 2020 aux États-Unis.


Que pouvons-nous apprendre, en regardant le mouvement contre la mondialisation capitaliste, alors ?

Tout d’abord, il convient de replacer le mouvement dans son contexte historique. À l’époque, les anciens mouvements ouvriers du 20e siècle avaient été dépassés par la réorganisation post-fordiste du processus de production, qui transformait le monde entier en une usine composée de pièces instantanément remplaçables. En réponse à cette situation, alors que les organisateurs syndicaux tentaient vainement de conserver le terrain en retrait de leurs victoires précédentes, le mouvement de la contre-mondialisation s’est organisé au niveau international en se basant sur l’impact du capitalisme sur chacun d’entre nous, plutôt que de chercher simplement à défendre la position de certains travailleurs au sein de l’économie. Cette approche préfigurait le succès du mouvement Occupy, qui a également commencé par aborder le capitalisme comme une condition partagée, plutôt que comme une tentative de négocier les conditions pour les étudiants, les travailleurs ou d’autres groupes démographiques spécifiques.

Dans les années 1980 et 1990, les espaces de bricolage qui ont contribué à donner naissance au mouvement altermondialiste étaient séduisants parce qu’ils étaient participatifs à une époque où les médias d’entreprise et la politique en général étaient descendants et unidirectionnels. Les médias sociaux que tout le monde utilise aujourd’hui sont une cooptation des modèles participatifs illustrés par le réseau Indymedia qui a émergé pendant l’organisation de Seattle en 1999. Aujourd’hui, il est essentiel pour la stabilité de l’ordre dominant que les attitudes et les allégeances qui le perpétuent semblent émerger de l’expression volontaire des citoyens ordinaires, et non des chefs de partis ou des médias d’entreprise, tous deux largement discrédités.

Mais quels besoins un monde de médias sociaux ostensiblement « participatifs » laisse-t-il insatisfaits ? Le besoin d’une présence et d’une connexion réelles, d’une expérience vécue partagée. Nous l’avons constaté lors du mouvement Occupy, et plus récemment lors du soulèvement de 2020 : à l’ère de la connectivité numérique et de l’isolement physique, les gens désirent de toute urgence partager l’espace et le temps les uns avec les autres, partager des expériences qui ne peuvent être réduites à des pixels.

Le triomphalisme capitaliste des années 1990 appartient désormais au passé. Le capitalisme du XXIe siècle ne prétend plus que tout le monde va bénéficier de l’économie et de l’État. Il part du principe que les gens seront exclus et déshumanisés par le million. Des politiciens comme Donald Trump ont réussi non pas en promettant aux gens un meilleur niveau de vie, mais en promettant à leurs électeurs que la violence inhérente à la société capitaliste sera principalement dirigée contre les autres.

En réponse, nous pourrions prendre du recul par rapport aux confrontations immédiates - qui vont certainement persister et s’intensifier, que cela nous plaise ou non - pour nous demander ce dont les gens ont désespérément besoin aujourd’hui et réfléchir à la manière dont nous pourrions nous organiser à la base pour fournir ces choses comme point de départ de luttes qui peuvent finalement remplacer le pouvoir de l’État par une nouvelle base pour nos relations. Il ne s’agit pas seulement de nourriture et d’abris - que les groupes d’entraide se sont admirablement mobilisés pour fournir et défendre pendant la pandémie - ni d’assurer notre survie face à des catastrophes écologiques de plus en plus répandues. Il s’agit aussi de créer des liens significatifs entre les personnes, de canaliser la créativité hors des espaces virtuels où elle sert les plateformes des entreprises, d’inventer de nouvelles formes de joie et de convivialité. Tels devraient être nos points de départ à l’approche de la prochaine phase de notre lutte contre le capitalisme et la destruction industrielle de la biosphère.

Quelques documents de base sur les mouvements d’antan : le numéro du zine Complete Control décrivant les manifestations de l’OMC, le zine sur la logistique qui a circulé avant les manifestations de l’OMC, une collection de rapports des médias indépendants SchNews, le journal d’éco-résistance Do or Die, Réflexions sur le 18 juin, etc.

Pour en savoir plus : 22 ans de contre sommets (en anglais)


Annexe

La chronologie suivante a été publiée à l’origine dans le numéro 9 de la revue Do or Die : Voices from the Ecological Resistance. Il s’agit d’une référence importante, qui montre la portée mondiale du mouvement contre la mondialisation capitaliste.

Compte à rebours pour la bataille de Seattle - Une chronologie incomplète

Février 1999, Bay Area, Californie, USA

Un groupe appelé San Francisco Art and Revolution produit et distribue une lettre à des groupes et des individus à travers l’Amérique du Nord les invitant à aider à coordonner une action directe de masse contre la réunion de l’Organisation mondiale du commerce plus tard dans l’année.

18 juin, centres financiers du monde entier

Un appel à une journée d’action mondiale lancé par plusieurs groupes d’action directe basés au Royaume-Uni conduit à l’occupation et à la transformation simultanées des centres financiers et bancaires du monde entier. Alors que le G8 se réunit à Cologne, en Allemagne, des actions éclatent dans plus de 100 villes dans plus de 40 pays et sur tous les continents de la planète. La mise en réseau avant et après l’événement, combinée à l’échange d’informations et à l’inspiration fournie par les rapports d’actions qui ont eu lieu lors de la J18 elle-même, crée une excitation massive et pose une partie des bases qui conduisent au succès de la N30.

Début de l’été 1999, quelque part près de Seattle, Washington, USA

Un collectif inspiré par la journée d’action de J18 et la tendance à la « mondialisation de la résistance » lance un appel à une journée d’action anticapitaliste mondiale le mardi 30 novembre 1999 pour coïncider avec le premier jour de la troisième conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce qui se tiendra à Seattle, Washington.

Printemps/été 1999, Californie du Nord, USA

Le Réseau d’action directe (DAN) est fondé et un plan est établi pour organiser une convergence d’action directe de dix jours à Seattle, du 19 au 29 novembre, qui sera suivie de quatre jours d’action pour fermer l’OMC.

23-27 août, Bangalore, Inde

La deuxième conférence de la PGA (Action mondiale des peuples contre le « libre » échange et l’OMC) est organisée par l’Association des agriculteurs de l’État de Karnataka (KRRS). Plusieurs centaines de personnes se réunissent pour discuter des idées, de la philosophie, des tactiques et d’une stratégie pour construire un réseau anticapitaliste mondial. La PGA se fait l’écho de l’appel à faire du 30 novembre une journée mondiale d’action. Une caravane intercontinentale de la PGA est également prévue pour traverser les États-Unis pendant la période précédant le 30 novembre.

Du 28 septembre au 18 octobre, côte ouest de l’Amérique du Nord

Art et Révolution prend part à un « Resist the WTO Roadshow » et visite un certain nombre de syndicats, de groupes religieux, de collectifs d’action directe, de groupes communautaires, d’écoles et d’universités. Le groupe organise des discussions et des ateliers sur l’OMC, le théâtre de rue et l’action directe non violente. De la propagande est distribuée et les gens sont encouragés à venir à la Convergence d’action directe à Seattle à partir du 20 novembre pour aider à fermer l’OMC.

SSeptembre-octobre, Eugene, Oregon, USA

Le numéro « Mabon 1999 » du journal Earth First ! Journal est publié et distribué dans le monde entier. La page centrale de quatre pages s’intitule « Shut Down the World Trade Organization » et encourage les gens à venir à Seattle. Il contient également des informations sur l’OMC, la résistance mondiale à la mondialisation, l’histoire de Peoples’ Global Action (PGA), la grève générale de 1919 à Seattle, des ressources Internet, des idées pour s’organiser contre l’OMC, une liste d’événements à venir et des informations sur l’« action directe non violente de masse » parrainée par DAN et prévue pour le 30 novembre. D’autres copies du tract ont été produites et distribuées en Amérique du Nord par milliers.

Du 16 au 23 octobre, Washington, États-Unis

“Globalize This ! Le camp d’action Ruckus a lieu. Plusieurs centaines de personnes de toute l’Amérique du Nord se voient proposer une formation à l’action directe, tandis que de nombreux ateliers et discussions ont lieu. Une personne impliquée dans London Reclaim the Streets organise un atelier sur la mobilisation du 18 juin au Royaume-Uni dans l’espoir d’inspirer un succès à Seattle.

Du 29 octobre au 27 novembre, dans tous les États-Unis

La caravane intercontinentale de l’Action mondiale des peuples (AGP), composée de délégués de l’Alliance nationale indienne des mouvements populaires (NAPM), de l’Action verte d’Israël et de plusieurs groupes israéliens d’éducation écologique et de défense des droits des animaux, d’écologistes boliviens, de London Reclaim the Streets, du mouvement autonomiste allemand, du Réseau des femmes du Panama, de travailleurs industriels et agricoles et de l’Association des agriculteurs de l’État du Karnataka (KRRS), visite des villes de New York à San Diego et Seattle.

Du 4 au 27 novembre, à travers le Canada

Des étudiants, des syndicalistes et des écologistes diffusent des informations sur la mobilisation anti-OMC par le biais d’une Caravane pancanadienne qui traverse l’Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique avant d’arriver à Seattle.

15 novembre, Amsterdam, Pays-Bas

Un petit groupe occupe un navire-musée - l’un des plus anciens symboles du passé colonial de la Hollande - dans le port d’Amsterdam en signe de protestation symbolique contre l’OMC.

16 novembre, Genève, Suisse

Une trentaine de personnes occupent le siège de l’Organisation mondiale du commerce pendant plusieurs heures. Les escaliers menant aux bureaux de Michael Moore, directeur général de l’OMC, sont bloqués et d’énormes banderoles sur lesquelles on peut lire « Pas de commerce, pas d’organisation : Self-Management ! » et « WTO Kills People - Kill the WTO ! » sont accrochées sur le toit. Les occupants diffusent des images en direct de l’action dans le cyberespace à partir d’un ordinateur portable [sic].

19 novembre, Athènes, Grèce

Peu avant de s’envoler pour Seattle, ville en proie à des émeutes, Clinton se rend à Athènes, où il est accueilli par des dizaines de milliers de personnes qui protestent contre la politique commerciale des États-Unis et leur activité dans les Balkans. Alors que les affrontements avec la police se poursuivent, des centaines de personnes construisent des barricades, brisent des fenêtres, lancent des bombes incendiaires dans des dizaines de banques et détruisent un quartier commercial à la mode.

20 novembre, Seattle, Washington, États-Unis

La Convergence d’Action Directe sponsorisée par DAN commence. Des milliers de personnes venant de toute l’Amérique du Nord et de nombreux pays d’Europe, d’Amérique, d’Afrique, d’Asie et d’Australasie commencent à arriver à Seattle. Ils se voient proposer un hébergement dans un certain nombre d’entrepôts, de squats et de maisons privées, de la nourriture gratuite fournie par Food not Bombs trois fois par jour, des séances d’information juridique, des ateliers de premiers secours, une formation à la non-violence [sic], la possibilité de former ou de rejoindre des groupes d’affinité, des projections de vidéos et des conférences, ainsi que des ateliers et des discussions sur tous les sujets, de la pratique à la philosophie.

Du 22 au 29 novembre, dans toute la Turquie

Des agriculteurs, des écologistes, des syndicalistes et d’autres personnes participent à une marche de neuf jours à travers le Corlu (nord-ouest de la Turquie). Ils parcourent plus de 2000 miles jusqu’à Ankara, la capitale du pays, où ils arrivent le 30 novembre. Sur leur chemin, ils visitent 18 villes et villages différents pour y tenir des discussions.

24 novembre, Manille, Philippines

Des manifestants anti-ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) organisent un rassemblement contre la libéralisation du commerce et des investissements ; la police les attaque à l’aide de matraques et de canons à eau.

New Delhi, Inde

300 autochtones de l’État indien du Madhya Pradesh occupent la Banque mondiale, escaladant la clôture, bloquant l’entrée du bâtiment et le recouvrant d’affiches, de graffitis et de bouse de vache.

25 novembre, Paris, France

Dans le cadre d’une manifestation contre la libéralisation du commerce, 5000 agriculteurs avec des chèvres, des canards et des moutons se régalent de produits régionaux sous la Tour Eiffel.

26 novembre, New York, États-Unis

Plusieurs centaines de personnes érigent un trépied de deux étages et organisent une fête massive pour reconquérir Times Square le jour le plus chargé de l’année en matière de shopping.

Seattle, Washington, États-Unis

Alors que des centaines de personnes descendent dans la rue pour une célébration carnavalesque de la journée « Buy Nothing/Steal Something », une bannière est suspendue au-dessus de l’autoroute 5 pour protester contre l’OMC. Les accrocheurs de la bannière sont arrêtés.

27 novembre, Washington DC, États-Unis

Un groupe d’activistes, affirmant que l’accord ADPIC (Droits de propriété intellectuelle liés au commerce) préconisé par l’OMC empêcherait les nations pauvres de se procurer des médicaments essentiels, occupe les bureaux de la représentante américaine au commerce Charlene Barshefsky, réclamant « des médicaments essentiels pour toutes les nations ».

Milan, Italie

Des travailleurs et des squatters s’unissent contre l’OMC dans une manifestation syndicale de base, tandis que d’autres s’enferment dans un magasin McDonalds, accrochant des banderoles et distribuant des tracts dénonçant le « néolibéralisme ».

Prague, République tchèque

Plusieurs actions sont organisées dans des supermarchés locaux, notamment la distribution de nourriture gratuite par Food not Bombs, tandis que de la propagande sur la mondialisation et l’OMC est distribuée. Des activités similaires ont lieu dans d’autres villes tchèques.

Séoul, Corée du Sud

Trois mille travailleurs, étudiants et activistes se rassemblent contre l’OMC.

Genève, Suisse

Deux mille agriculteurs et trois mille citadins défilent contre l’OMC.

27-28 novembre, dans toute la France

75 000 personnes dans 80 villes différentes de France descendent dans la rue pour résister à l’OMC et à « la dictature des marchés ». Pendant ce temps, des membres de la Fédération paysanne française manifestent avec des centaines d’autres personnes devant le McDonalds de Seattle.

28 novembre, Seattle, Washington, États-Unis

Les derniers préparatifs de la journée d’action du 30 novembre sont mis en place. La tension commence à monter. Le titre du Seattle Post-Intelligencier est le suivant : « De toute façon, de qui vient cette idée ? ».

29 novembre, Milan, Italie

Des étudiants de l’université La Bicocca occupent la faculté des sciences biologiques pour protester contre l’Organisation mondiale du commerce et l’imposition de la biotechnologie.

Seattle, Washington, États-Unis

Un symposium destiné à permettre aux ministres du commerce et aux fonctionnaires de l’OMC d’écouter (c’est-à-dire de coopter et de neutraliser) les points de vue des groupes de travailleurs, de défense des droits de l’homme et de protection de l’environnement doit être reprogrammé après qu’une « faille de sécurité » ait obligé la police à fermer et à fouiller le centre de conférence pendant cinq heures et demie.

Du 29 novembre au 3 décembre, New Delhi, Inde

Cinq cents femmes et hommes de la région de Maheshwar dans la vallée de la Narmada participent à un Dharna (sit-in) de trois jours à Raj Ghat pour protester contre l’OMC et la construction du barrage de la Narmada.

30 novembre, Santos, Brésil

Sous la bannière « Brésil, 500 ans de résistance indienne, noire et populaire », le collectif Alternative verte et le réseau libertaire de Brixada Sanista font du théâtre de rue tandis que des clowns distribuent des tracts dénonçant la pauvreté et le capital. 30 novembre 1999 à Seattle.

30 novembre, 1999 in Seattle.

Milan, Italie

Des informations sont distribuées sur l’OMC, la construction des barrages de Narmada et d’Itoiz, et les centres locaux de détention pour immigrés. Le soir, une discussion publique a lieu dans l’énorme centre social squatté « Leoncavallo ».

Rome, Italie

Le siège du Comité national pour la bio-sécurité est occupé et des banderoles sont déposées en opposition à l’OMC et à la biotechnologie.

Pays de Galles

Des manifestants anti-OMC descendent dans les rues de Cardiff et Bangor.

Québec, Canada

Une coalition anti-OMC fait le tour de la ville en visitant plusieurs banques, le ministère de l’Industrie et le parlement, en jouant du théâtre de rue et en organisant une danse pour « les gens avant le profit ».

Prague, République tchèque

Food Not Bombs distribue de la nourriture gratuite tandis que de nombreux supermarchés reçoivent des tracts.

Leeds, Angleterre

50 personnes distribuent des tracts devant des bureaux d’entreprises, entourées de quelque 300 policiers.

Halifax, Angleterre

Une usine Nestlé est occupée par un certain nombre de groupes liés au réseau Earth First ! Plusieurs des occupants sont arrêtés car ils sont soupçonnés d’association de malfaiteurs, une infraction passible d’une peine maximale de dix ans d’emprisonnement. Les accusations sont abandonnées par la suite.

Totnes, Angleterre

Des bâtiments destinés à être convertis en appartements de luxe sont squattés et ouverts comme café et centre d’information pour distribuer de la propagande anti-OMC.

Londres, Angleterre

Des étudiants dressent un piquet devant la succursale de Lewisham de la City Bank pour protester contre la privatisation de l’éducation. La Campagne pour la sécurité dans la construction organise une manifestation devant l’ambassade du Canada en réponse à la tentative du Canada d’encourager l’OMC à faire en sorte que certains pays européens lèvent leur interdiction d’utiliser l’amiante. Tout au long de la journée, des informations sur les liens entre la privatisation des transports publics et l’OMC sont distribuées devant la gare d’Euston. À la nuit tombée, plusieurs milliers de personnes se réunissent pour un rassemblement. Des violences éclatent entre la police et les manifestants et un fourgon de la police britannique des transports est renversé et incendié.

Manchester, Angleterre

50 personnes occupent une succursale de la banque Lloyds, puis bloquent la route à l’extérieur.

Lille, France

Douze banques, dont la Banque Centrale de France, sont peintes en rouge pendant la nuit.

Dijon, France

L’entrée de la Chambre de Commerce de Dijon est bloquée par une chaîne de 30 personnes.

Toulouse, France

Un Père Noël anticapitaliste distribue des fruits capitalistes pourris aux passants tandis que d’énormes panneaux d’information anti-OMC sont érigés dans le centre-ville.

Berlin, Allemagne

Alors que des projecteurs diffusent le slogan « Bloquez l’OMC » sur les murs des bâtiments, une manifestation fictive se déroule dans la ville avec des banderoles faisant l’éloge du néolibéralisme et appelant à « Plus d’ordre, plus de sécurité et plus de police ».

Munich, Allemagne

Siemens, une entreprise allemande tristement célèbre pour avoir utilisé des esclaves juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, est prise pour cible par 150 manifestants pour son rôle dans la construction du barrage de Maheshwar dans la vallée de Narmada, en Inde.

Séoul, Corée du Sud

Trois films sur le FMI, l’OMC et l’impact de l’économie néolibérale sur les peuples du monde sont présentés au Festival du film sur les droits de l’homme de Séoul.

New Delhi, Inde

11 000 cartes postales de protestation des habitants de la région de Maheshwar sont remises à l’ambassade d’Allemagne par des représentants du NBA (Save Narmada Movement) pour demander l’arrêt de la construction du barrage de Maheshwar. Une centaine de militants du NBA organisent un rassemblement devant l’ambassade. Pendant ce temps, 500 autres militants du NBA, un mouvement de femmes des bidonvilles de Delhi, une organisation étudiante radicale, des représentants de l’Alliance nationale des mouvements populaires (NAPM) et des membres de plusieurs autres organisations locales organisent un rassemblement contre l’OMC près de Raj Ghat, où sont enterrées les cendres du Mahatma Gandhi.

Vallée de la Narmada, Inde

Plus de 1000 personnes participent à une manifestation contre l’OMC organisée par Youths for Narmada.

Bangalore, Inde

Une manifestation contre l’OMC est organisée par l’Association des agriculteurs de l’État de Karnataka (KRRS) ; des milliers d’agriculteurs venus de tout l’État y participent.

Nashville, États-Unis

Des manifestants anti-OMC portant une marionnette Ronald McDonald de 13 pieds occupent la réception des bureaux de la campagne présidentielle d’Al Gore.

Baltimore, États-Unis

Un black bloc anarchiste et une course cycliste Critical Mass sèment le chaos anti-OMC dans les rues de Baltimore.

Islande

Des manifestations visent une base militaire et une ambassade américaines, exigeant leur retrait d’Islande.

Luxembourg

Le département gouvernemental chargé de participer aux négociations de l’OMC est occupé par un groupe qui se fait appeler « Le Conseil central des opposants dispersés à l’OMC ».

Amsterdam, Pays-Bas

Une centaine de personnes arrivent à l’aéroport de Schiphol et exigent des vols gratuits pour Seattle de la part des trois compagnies aériennes qui parrainent la conférence ministérielle.

Manille, Philippines

8000 syndicalistes organisent un rassemblement contre l’OMC devant l’ambassade des Etats-Unis et le palais présidentiel.

Iloilo, Philippines

Une manifestation a lieu contre la loi minière de 1995, qui autorise une participation étrangère de 100 % dans les projets locaux.

Bacolod, Philippines

Un rassemblement a lieu contre les projets du président Joseph Estrada de modifier la constitution pour permettre un plus grand nombre d’investissements étrangers.

Buenos Aires, Argentine

Une coalition de groupes d’activistes occupe la route à l’extérieur de la Bourse en la déclarant zone « Au-delà du marché ».

Pakistan

Plus de 8 000 personnes défilent sous la bannière « Fermez l’OMC ! ».

Lisbonne, Portugal

300 gauchistes, écologistes et anarchistes barbouillent de graffitis l’arbre de Noël de la ville et un magasin McDonald’s, bloquent les rues et brûlent une effigie de l’OMC sur une place de la ville.

Porto, Portugal

Des personnes portant des T-shirts avec les slogans « Le monde n’est pas une marchandise » et « Contre le capital : Résistance globale ! » distribuent des tracts dans le centre ville et distribuent de la fausse monnaie.

Wellington, Aotearoa (Nouvelle-Zélande)

Des anarchistes distribuent de la propagande anti-OMC et de la nourriture gratuite tout en projetant un film et un diaporama sur l’impact des sanctions sur le peuple irakien.

Seattle, Washington

Le chaos éclate dans les rues de la ville alors que des dizaines de milliers de personnes bloquent le Washington Trade and Convention Center. Pendant ce temps, un black bloc de 150 personnes brise les vitres des entreprises sponsors de l’OMC et peint la ville de graffitis anti-OMC et anticapitalistes.


Reclaim the Streets in the 1990s: Let’s not forget the power of joy, affirmation, creativity, and experimentation in our movements.